Une ville déserte

Une ville déserte, une ville abandonnée.

Lorsqu’on découvre cet endroit, habituellement conquis par la foule d’estivants, en plein cœur de l’hiver, le vide saute aux yeux. Un vide omniprésent, presque encombrant. Il est tellement présent, tellement là qu’on peut se demander comment cet endroit a fait pour exister. Pourquoi ces habitations sont ici? Est-ce qu’il s’agit de vieilles maisons, qui lasses de leur vie bien remplies sont venues au bord de l’eau, face à la plage pour enfin couler des jours tranquilles et terminer leurs existences en regardant la mer se fracasser sur les rochers là juste à coté?

Pourquoi ne pas imaginer qu’arrivées au terme de leur vie d’habitation classique, les maisons se dirigent tranquillement vers un endroit qui leur plait pour terminer tout tranquillement leur existence? Un refuge plus qu’un cimetière, un endroit où la douceur de vivre leur permettrait de se laisser aller à des audaces d’architecture (pour les plus audacieuses bien sur). La présence humaine ne serait là qu’épisodiquement, uniquement quelques semaines en été par exemple.

Elles pourraient ainsi se laisser aller à contempler le paysage, à regarder passer les dunes, comme d’autres regardent passer les trains.

nb_noel_101.jpg

Picture 1 of 4